avocat Tag

  • Tous
  • Droit européen et international
  • Droit interne

Arrêt SVINARENKO et SLYADNEV c. Russie (Grande Chambre) du 17 juillet 2014 – Violation de l’article 3 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme

L’enferment de prévenus dans une cage au cours de leur procès constitue en lui-même un traitement inhumain et dégradant contraire aux dispositions de l’article 3 de la Convention et susceptible d’aucune justification

    Les requérants, jugés pour des faits présumés de violence et de banditisme, ont comparu devant leur juges en étant prisonniers dans une cage métallique d’une taille d’environ de 1.5 *2.25 mètres. Ceux-ci ont principalement soutenu devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme que cette manière d’être présentés à la juridiction et au public avait déterminé une insoutenable humiliation constituant une violation de l’article 3 de la Convention prohibant la torture ainsi que toute forme de traitements inhumains et dégradants ; ils ont également estimé que cet encagement avait porté atteinte à leur présomption d’innocence.
   

Arrêt A.B. c. Suisse du 01-07-2014 (Requête n°56925/08)

 

Condamnation de la Suisse pour avoir poursuivi et sanctionné un journaliste ayant porté atteinte au secret de l'instruction pénale

  I.      En fait   Monsieur A.B, journaliste suisse, a publié un article intitulé « Drame du Grand-Pont à Lausanne – la version du chauffard – l'interrogatoire du conducteur fou », rapportant les questions des policiers et du juge d'instruction ainsi que les réponses de la personne mise en cause ; cet article publiait également la copie des lettres adressées par celle-ci au juge d’instruction. Par ces divulgations, le journaliste portait atteinte au secret de l'instruction existant en Suisse et consacré par l'article 293 du Code pénal. Aux termes d'une décision interne définitive du Tribunal fédéral en date du 29 avril 2008, ce journaliste fut ainsi pénalement condamné pour atteinte portée au secret de l'instruction pénale.
In the case of Vartic v. Romania (judgement in date of 17 December 2013) the European Court of Human Rights has ruled that dietary restrictions have to be regarded as religiously motivated acts covered by Article 9 of the Convention. If this point is not new, this decision is very worthy in the way the Court applies the both criteria of “significant disadvantage” (I) and “fair balance between the competing interests of the individual and of the community as a whole” (II).  

Dans un Arrêt du 29-11-2013 Österreichische Vereiningung (requête n°39534/07), la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH) était saisie du refus formulé par une institution régionale tyrolienne chargée d'approuver les transactions foncières agricoles et forestières de transmettre à une ONG nationale la copie des décisions...

  I. LES  FAITS EN CAUSE DANS L’AFFAIRE AU PRINCIPAL ET LA DEMANDE D’INTERPRETATION PREJUDICIELLE FORMULEE PAR LA JURIDICTION DE RENVOI   Le litige principal pendant devant la Tax Chamber du First-tier Tribunal opposait la société DIXONS à l’administration fiscale britannique ; la société DIXONS contestait le refus de...

Dans un Arrêt Putiskin c. Ukraine du 21-11-2013 (Requêt n°16882/03), la Cour Européenne des Droits de l’Homme rappelle sans difficulté tout d’abord sa jurisprudence concernant l’application de l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme consacrant le droit au respect de la vie...

Arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne (Grande chambre) du 24 avril 2012, Servet Kamberaj / Istituto per l’Edilizia della Provincia autonoma di Bolzano (IPES), affaire C-571/10 Les faits et la procédure Monsieur Servet KAMBERAJ, ressortissant albanais séjournant de manière régulière sur le territoire de la République italienne, s’est vu refuser le 22 mars 2010 le bénéfice définitif d’une aide sociale au logement par les autorités de la province autonome de Bolzano au motif que les crédits disponibles pour l’aide au logement apportée aux ressortissants d’Etats tiers avaient été épuisés. Monsieur Servet KAMBERAJ a contesté ce refus devant les juridictions nationales italiennes en considérant que la réglementation régionale qui lui était opposée et qui prévoyait un budget maximum uniquement en ce qui concerne l’aide sociale au logement apportée aux ressortissants non communautaires constituait une discrimination illicite au regard des dispositions de la Directive 2003/109/CE du Conseil du 25 novembre 2003 , relative au statut des ressortissants de pays tiers résidents de longue durée. L’article 11 § 1 de cette Directive énonce en effet le principe selon lequel : « Le résident de longue durée bénéficie de l’égalité de traitement avec les nationaux en ce qui concerne : (…) la sécurité sociale, l’aide sociale et la protection sociale telles qu’elles sont définies par la législation nationale ». La juridiction régionale italienne saisie par Monsieur Servet KAMBERAJ a interrogé la Cour de Justice de l’Union Européenne d’une demande de question préjudicielle concernant l’interprétation des différentes dispositions de droit européen invoquées par le requérant et concernant également la conformité à ces dispositions de la réglementation régionale italienne opposée au requérant. Le problème de droit soumis à la Cour de Justice de l’Union Européenne La juridiction italienne saisie de l’affaire au principal a posé à la Cour de Justice de l’Union européenne les deux principales questions suivantes : 1. La référence opérée par l’article 6 du Traité sur l’Union Européenne (TUE) aux dispositions de la Convention Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) impose-t-elle au juge national d’appliquer directement les dispositions de la CEDH ? 2. Le droit de l’Union, en particulier les dispositions de la Directive 2003/109 ainsi que celles de l’article 34 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union , fait-il obstacle à l’existence d’une législation nationale ou provinciale, telle celle en cause dans le litige au principal, qui réserve aux ressortissants d’Etats tiers, en matière d’aide au logement, un traitement moins favorable qu’aux ressortissants italiens et communautaires ?
L’organisation procédurale des recours introduits devant le Tribunal et la Cour de Justice de l’Union européenne est principalement opérée par les dispositions des règlements de procédure du Tribunal et de la Cour. Il ressort des articles 47 (en ce qui concerne le Règlement de procédure du Tribunal) et 127 (en ce qui concerne le Règlement de procédure de la Cour) de ces textes que : « la production de moyens nouveaux en cours d’instance est interdite à moins que ces moyens ne se fondent sur des éléments de droit et de fait qui se sont révélés pendant la procédure ».   Cette règle vise à assurer « l’immutabilité de l’instance » ; principe en vertu duquel le demandeur fixe, dès sa requête, le cadre du contentieux dont il est l’auteur et les moyens auxquels l’institution défenderesse devra répondre et sur lesquels la juridiction européenne devra trancher.   Il existe toutefois une exception notable à ce principe : la possibilité pour le requérant de présenter au juge, à l’appui de sa demande, des moyens nouveaux dans la mesure où ceux-ci sont fondés sur des éléments de droit ou de fait révélés postérieurement à l’introduction de l’instance ; c’est cette notion « d’éléments nouveau », dont le principe est prévu par les règlements de procédure, qui a été utilement précisée par la jurisprudence de la Cour dans un arrêt de principe Dürbeck / Commission des Communautés européennes, affaire 11/81, du 1° avril 1982.
La question des droits ouverts aux personnes en matière de fin de vie a fait l'objet d'un examen précis par la Cour Européenne des droits de l'Homme à l’occasion des trois Arrêts essentiels suivants : l’Arrêt PRETTY du 29 avril 2002[1], l’arrêt HAAS du 20 janvier 2011[2] et l’arrêt KOCH du 17 juillet 2012[3]. Il résulte de la jurisprudence européenne que la « fin de vie » -génériquement considérée- entre bien dans le champ d’application des dispositions de l'article 8 de la Convention garantissant le respect de la vie privée de toute personne ; ceci au nom d’un principe nouvellement consacré de « droit à l’auto-détermination » (I). L’étude de la jurisprudence de la Cour et la présentation du régime juridique propre à chaque hypothèse de « fin de vie » permettra de distinguer le « suicide assisté » de « l’euthanasie » ainsi que les droits et obligations des Etats membres relativement à chacune de ces deux situations. Il sera ainsi expliqué que le « suicide assisté », hypothèse dans laquelle quel l’acte létal reste réalisé par la personne elle-même quelle que soit l’assistance pouvant par ailleurs lui être apportée, peut être autorisé ou interdit par un Etat membre, qui dispose en cette matière d’une large marge d’appréciation (II). Nonobstant cette large marge d’appréciation, l’économie générale de la Convention, et notamment les dispositions prééminentes de son article 2 protégeant la vie, justifient toutefois que « l’euthanasie », entendue comme la commission de l’acte létal par autrui, ne puisse nullement être considérée comme conforme aux dispositions de la Convention.